lundi 25 janvier 2016

Critique: Carol


Titre: Carol 
Réalisateur: Todd Haynes
Acteurs: Cate Blanchett, Rooney Mara, Kyle Chandler ...
Genre: Drame
Nationalité: Britannique
Durée: 1H58min
Sortie: 13 janvier 2016  

Carol est le nouveau film de Todd Haynes, à qui l'on doit la série Mildred Pierce portée par Kate Winslet. Le film réunit Cate Blanchett et Rooney Mara , récompensée à Cannes pour son rôle. Carol raconte l'histoire de deux femmes: l'une est vendeuse dans un grand magasin, Therese, et l'autre, une femme distinguée, Carol, cliente du magasin. Peu à peu, dans l'Amérique des années 50, les deux femmes vont s'éprendre l'une de l'autre et braver les codes sociaux alors en vigueur.
Todd Haynes parvient, avec Carol, à montrer la naissance d'une histoire d'amour hors du commun autant parce qu'il s'agit d'homosexualité, ce qui n'était pas répandue à l'époque et même considérée comme une maladie, mais aussi parce que ces deux femmes viennent de milieux sociaux totalement opposés ce qui renforce le caractère exceptionnel de leur relation. Sans tomber dans la provocation ou, à l'inverse, dans une position de défenseur des droits homosexuels, Todd Haynes retranscrit très justement une relation qui dépasse l'impensable à l'époque en mettant en scène deux personnages qui ne veulent rentrer dans aucun carcan et vivre une relation libre sans se poser de questions quant à ce qu'elles sont.



 Ainsi, pendant deux heures, le spectateur suit toutes les étapes de la vie de ce couple: la rencontre, les premiers rendez-vous, les hauts comme les bas. Carol est aussi une véritable leçon d'histoire en analysant les moeurs américaines des années 50 à commencer par leur rapport à l'homosexualité mais aussi sur la place de la femme dans la société. Cette thématique est abordée à travers la relation conflictuelle entre Carol et son mari, Harge, avec qui elle se retrouve en instance de divorce. Il est évident qu'étant une femme, son mari estime avoir tous les droits sur elle et son avenir. De ce point de vue, Carol fait figure d'avant-gardiste en prenant sa vie en main et en s'imposant comme une femme libre de choisir ses partenaires qu'importe leur sexe. Outre de part son scénario, Carol est sublimé par son casting d'excellence avec en premier lieu Cate Blanchett dans le rôle de cette femme distinguée qui s'éprend d'une jeune employée. Toujours excellente dans les rôles de bourgeoises chics comme elle l'avait été dans Blue Jasmine, Cate Blanchett pourrait une fois de plus être récompensée aux Oscars pour cette prestation d'envergure. Elle partage l'affiche avec une Rooney Mara fabuleuse dans son personnage de Therese, cette vendeuse introvertie qui ne semble pas contrôler sa passion pour Carol tant elle est ensorcelée par cette dernière. Kyle Chandler, aperçu dans l'excellente série Netflix Bloodline, qui interprète Harge et Sarah Paulson complètent la distribution. Enfin, notons la bande-originale sublime qui ponctue l'ensemble du film et qui contribue à renforcer l'émotion dont nous submerge les personnages. 

Mes notes:
Scénario: 3/4
Intrigue: 2/3
Mise en scène/Photographie: 2,5/3
Casting: 3/3
Musique: 1/1
Durée: 0,5/1
Appréciation personnelle: 2,5/3
Drame: 1,5/2

NOTE GLOBALE 16/20 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Partagez cette critique !